Hamawé Roots Festival 07/06/2014.

Wandre ABC RnR 17/02/2013.

Little Roman and the Dirty Cats
Franchement orienté et typé pleine époque Presley, Little Roman and the Dirty Cats nous ont présenté un réel set de pro ! Tout y était ! Et, il faut le signaler, malgré un concert la veille, à 600 bornes d’ici, en plein centre de l’Allemagne, les gars des Dirty Cats l’on fait d’une toute belle façon.
Little Roman and The Dirty Cats, c’est Romain Trigaut à la lead guitare et au chant, Gilles Pemmers acoustique guitare, Robert Paul « old dirty cat’s » à la batterie et Arnaud Pemmers à la contrebasse.
Le Rock and Roll qu’ils nous présentent est un peu plus speed, plus "saturé", que le style Runaway Dogs, et tend également plus, par moment, vers le Boogie, voire la Folk Texan, toujours typé en pleine année 50’.
Et nous découvrons une bête de scène, une présence et un charisme remarquable, que ce Romain des Dirty Cats … Virtuose de sa guitare, chanteur de premier plan, en se jouant des différents rythmes, remuant, bougeant, vivant sa prestation au sens propre du terme, et d’une présence sur scène peu commune ! Nous avons été scotchés par cette formation au chanteur omniprésent, tout dans ce groupe est parfaitement au point, et tous vivent cette passion du Rock and Roll 50’ – Rockabilly d’une façon intense.
Le couple bass/batterie, déjà, pousse vraiment fort … Fort de précision, fort de justesse, pas spécialement besoin ici d’un volume de fou pour faire passer le truc, loin de là, et pourtant ça remplit l’espace sonore idéalement, ça bouge, ça swing, ça le fait !
Tout à son affaire, Robert, aux drums, nous pond un jeu de batterie pile poil comme il doit être sur les titres (ce band propose un mix de reprises et de compositions), pas de prise de tête quant à son jeu, mais de la présence, de l’efficacité, et du plaisir à jouer. Il est accompagné par Arnaud à la contrebasse, qui, lui aussi, sait ce qu’il y a à faire, et le fait tout en synchro avec son batteur, bref, ces deux-là sont fait pour jouer ensemble, et d’une bien belle façon.
Ici non plus, pas de gros sons lourds et couvrants de la basse, malgré un set impressionnant (1 x 15’ + 4 x 10’ et SVT Pro Ampeg, l’on connaît pire comme matos !), la bass est toujours à sa place, et se fait entendre par un jeu et une attaque de cordes nickel plutôt qu’un volume inutile, c’est très bien ainsi et parfaitement adapté.
Cette machine à rythme nous cadence donc les chansons pour le plus grand bonheur de Gilles, qui, avec sa guitare acoustique, colore idéalement cette musique des Dirty Cats. Il assure, lui aussi, une belle cohérence tout au long du set, et laisse donc à Romain toute la largeur possible pour exploser la scène.
Beau travail que celui là, et, ici aussi, beaucoup de rigueur et de sons travaillés, le trio ainsi formé délivre une trame musicale de premier choix pour Romain, le show man idéal pour compléter le band.
Et il ne s'en prive pas non plus ! Little Roman, à fond dans son trip, le riff rageur sur sa guitare, qui électrise le public par moment, plus calme, voire séducteur à d’autres, mais toujours superbement en place et full feeling avec son band, à croire que Romain nous vient tout droit des studios Sun Records, vous savez, dans le quartier sud de Memphis, là où l’histoire a réellement commencé …
Little Roman and the Dirty Cats nous on fait monter une ambiance du feu de dieu ici à Wandre, ce 17, le public, déjà plus qu’enthousiasmé par les Runaway, a été mené au paroxysme, de main de maître, par le set et le jeu des Dirty Cats, et son très charismatique chanteur / guitariste.
Remarquables également, les compositions maisons … L’une d’elle a particulièrement attiré mon attention, ambiance Western/country, tout en feeling … Je me suis retrouvé d’un coup d’un seul en plein Texas, un réel moment de bonheur musical, Little Roman and the Dirty Cats, please, encore des compos de cette trempe …
Vous aurez compris que nous avons aimé cette prestation des Dirty Cats. Que du bon, travaillé, en place, et intelligemment joué. Bien que n’étant pas un pure fan de Rock and Roll / Rockabilly, ce fut un bien bon moment de musique avant tout, de rencontres également, et d’agréable dépaysement.

Source : http://www.music-reports.be/mreportsaccueil.htm  Bassliner 02/2013.

Bamberg (D) - Sound & Arts - 16/02/2013.